• img-book

    CORNILLON MICHEL

ISBN: 978-2-35930-048-2

Mélenchon, le seul ? Lettre ouverte au peuple de gauche

by: CORNILLON MICHEL

Le premier enseignement qui s’impose est que notre peuple semble bien déterminé à tourner la page des « années Sarkozy ». Le total des voix des droites, dans toutes leurs composantes, recule par rapport à 2007. Mais l’extrême-droite est à un haut niveau : nous avons donc eu raison de concentrer notre campagne sur l’analyse et la critique radicale des propositions de l’extrême-droite. Nous avons eu raison de le faire, et si nous ne l’avions pas fait, peut-être le résultat, ce soir, serait-il encore plus alarmant. Il l’est ! Alors c’est le moment pour moi de dire combien nous nous sommes sentis seuls, à certains moments, dans cette bataille : l’un imitait, l’autre ignorait. Nous avons porté sur notre dos l’essentiel du combat. Honte à ceux qui ont préféré nous tirer dessus plutôt que de nous aider ! Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l’extrême-droite contre nous.

A cette heure, c’est le score du Front de Gauche qui tient la clé du résultat final dans ses mains.

C’est donc vous tous – et non pas moi, bien sûr – qui avez cette décision car, à la vérité, nous aurons été la force politique nouvelle, la seule qui ait percé et qui soit née dans cette élection. C’est nous, dès lors, qui avons les clés du résultat.

Je vous appelle en conscience à assumer pleinement cette responsabilité sans vous occuper des commentaires, des impressions, des petits jeux de pronostics auxquels j’invite à ce que personne ne s’abandonne. Et je le redis très clairement : à cette heure, en conscience, il n’y a rien à négocier ! Notre engagement n’a besoin d’aucune autorisation ni d’aucune cajolerie pour se déployer dans toute sa force.

Je vous appelle à vous mobiliser aux rendez-vous qui vous sont donnés. Le premier mai derrière nos syndicats, avec la classe ouvrière dans la lutte, notre camp, notre famille politique : le monde du travail et de ses revendications ! Je vous appelle à vous retrouver le six mai – sans rien demander en échange ! – le six mai, pour battre Sarkozy !

Je vous demande de ne pas traîner les pieds, je vous demande de vous mobiliser comme s’il s’agissait de me faire gagner moi-même l’élection présidentielle.

Ne demandez rien en échange, seulement l’acte de votre conscience ! Pourquoi ?

La bataille que nous menons n’est pas une bataille personnelle, ni même une bataille dans un seul pays : il s’agit de retourner la table, de renverser la tendance qui en Europe maintient tous les peuples sous le joug de l’axe Sarkozy-Merkel. Il faut le briser en France !

Voilà ce que nous allons faire ! Et parce que nous allons le faire, alors, il sera clair, net et sans bavure que c’est nous qui faisons les décisions dorénavant, à gauche, et dans le pays !

Élevons-nous à la hauteur du pouvoir qui nous a été donné par notre rassemblement. Continuons tranquillement de marcher notre chemin, car je vous le dis : inéluctablement, l’Histoire vient à notre rencontre et nous allons à la sienne. Inéluctablement, les solutions que nous avons défendues, et principalement celles du partage des richesses et du changement de régime, seront mises à l’ordre du jour par les chocs qui s’annoncent.

Quel que soit le président de la République qui sera élu, la finance, d’ores et déjà, est déterminée à agresser le peuple français. Et alors, quel que soit le responsable, il n’aura d’autre choix que de se soumettre ou de résister : et pour ce qui est de résister, il n’y a qu’une force, la nôtre !

Ayez au cœur le sentiment du travail bien fait. N’oubliez jamais les images de la force de votre rassemblement. Ne vous laissez plus jamais éparpiller, disperser.

En une seule fois, nous sommes parvenus dans le peloton de tête : la prochaine sera celle de la conquête définitive du pouvoir, par les urnes et la démocratie.

Vive la République, vive la classe ouvrière, vive la France !

Jean-Luc Mélenchon.

11,90

Quantité:
Rencontrez l’auteur
avatar-author
Né rebelle, Michel Cornillon l’est toujours resté. Rebelle à l’enseignement tel qu’on le lui imposa, rebelle plus tard à l’idée du service militaire, à la société de consommation, à l’esprit de clocher, à l’enfermement de l’individu dans des normes quelles qu’elles soient. C’est ainsi, ne trouvant de place assise dans aucun groupe humain, qu’il abandonna ses études en architecture puis occupa des strapontins dans différentes entreprises. Il fut ainsi enseignant, secrétaire, chef de bureau d’études, relieur industriel et finalement graphiste. Doté parallèlement d’un esprit rêveur, et soumis à un besoin impératif de création, il tâta de la peinture, du dessin, du modelage et de cette activité étrange qui consiste, au moyen de ciseaux et de colle, à refaire le monde à partir d’éléments volés aux pages des magazines. Il faillit même réussir dans cette voie, mais son penchant pour l’écriture le ramena sans cesse à cette activité, pour lui de plus en plus prégnante à mesure qu’il avançait en âge. En 1978 parut aux éditions Tchou son premier roman, Le Funambule, ouvrage dont la rédaction le plongea, presque à son corps défendant, dans l’introspection et l’auto-analyse. Introspection également dans son second roman, Buster, mais cette fois à la sauce humoristique et clownesque, ce qui lui permit d’aborder Viendrez-vous ? avec l’aisance d’un véritable auteur. Ces deux bébés ne parvinrent-ils à trouver preneur ? Qu’importe ! Il persévéra d’une plume érotique et légère, Judith, puis plume plus grave, Éden lorsque soudain, à un détour de son cheminement initiatique, lui fut inspiré un petit livre, discours aux enfants, qu’il illustra à sa manière et autoédita. Ce discours aux enfants lui inspira à son tour un discours aux jeunes gens, ouvrage qu’il mena à son terme et remisa dans un tiroir : sans doute ne se sentait-il pas assez mûr, politiquement, pour aborder le sujet traité : celui du progrès humain… Et puis une nouvelle idée venait de l’inspirer, qu’il mit huit ans à matérialiser : Auschwitz Karnaval, roman d’une vengeance implacable à l’encontre de ceux, les nazis, qui justement, par leur volonté imbécile de puissance, avaient stoppé net l’évolution de l’être humain. C’est alors que Nicolas Sarkozy, devenu président de la République, se mit à détricoter les avancées sociales nées de la Libération. Cette fois une saine colère le reprit, il emboîta le pas de Jean-Luc Mélenchon et mit résolument sa plume, devenue implacable, au service de la lutte contre une oligarchie jugée irresponsable. Le “Discours aux jeunes gens“ est ainsi devenu, sur les conseils de son éditeur, “Lettre ouverte au Peuple de Gauche“ Enfin, celui qui bouscule les idées reçues : Révolte-Amertume-Rebond, écrit comme à l’accoutumé sans langue de bois, cet essai/pamphlet est à lire séance tenante !
Livres de CORNILLON MICHEL
À propos de ce livre
Details

ISBN: 978-2-35930-048-2
Éditeur: Les Points sur les i
Date de publication: 2011
Nombre de pages: 128

Only logged in customers who have purchased this product may leave a review.

Il n’y a pas encore de critiques.