sélections du mois (7)

Voici les 7 résultats

Trier par:
  • img-book

    Entretiens avec Désirée Sadek

    Ses photos furent interdites, les voilà obligatoires. Elles trônent, officielles, alors que ceux qui les distribuaient risquaient la prison.

    Aoun est revenu ! Il ne s’agit plus de lettres griffonnées à la va-vite sur les murs d’un pays d’où il fut exilé. Le voici Président, de retour au même palais d’où on le forçat à partir il y a 26 ans. Il avait perdu une bataille, aujourd’hui il gagne la guerre… de la Vérité ; de surcroît couronnée par la victoire contre le terrorisme libérant le territoire libanais de la présence armée des fondamentalistes.

    Michel Aoun est Président de la République libanaise depuis le 31 octobre 2016. Commandant en chef de l’Armée libanaise de 1984 à 1990 et fondateur du Courant Patriotique Libre (CPL), il a ses admirateurs et ses détracteurs, autant sur la scène internationale que dans son propre pays. Pourtant, peu connaissent, au-delà de la figure politique, l’homme.

    Dans ce livre-document, réalisé à partir d’entretiens accordés à la journaliste franco-libanaise Désirée Sadek, quelques mois avant son arrivée à la Présidence, c’est toute la philosophie de sa vie, ses combats, la finesse de son esprit, les questionnements du chef d’état et de l’humaniste que l’on découvre au fil des confidences. Ses discours les plus célèbres témoignent aussi de sa vision prémonitoire des événements qui secouent aujourd’hui l’actualité.

    En ces temps où tous les repères semblent vaciller au Moyen Orient comme partout dans le monde, il est important de revenir à l’essence de l’essentiel. « Ce que je crois » est ce livre qui se lit d’une seule traite mais aussi se savoure lentement, un peu plus chaque jour.


    Ce que je crois AOUN MICHEL 15,00

    Entretiens avec Désirée Sadek

    Ses photos furent interdites, les voilà obligatoires. Elles trônent, officielles, alors que ceux qui les distribuaient risquaient la prison.

    Aoun est revenu ! Il ne s’agit plus de lettres griffonnées à la va-vite sur les murs d’un pays d’où il fut exilé. Le voici Président, de retour au même palais d’où on le forçat à partir il y a 26 ans. Il avait perdu une bataille, aujourd’hui il gagne la guerre… de la Vérité ; de surcroît couronnée par la victoire contre le terrorisme libérant le territoire libanais de la présence armée des fondamentalistes.

    Michel Aoun est Président de la République libanaise depuis le 31 octobre 2016. Commandant en chef de l’Armée libanaise de 1984 à 1990 et fondateur du Courant Patriotique Libre (CPL), il a ses admirateurs et ses détracteurs, autant sur la scène internationale que dans son propre pays. Pourtant, peu connaissent, au-delà de la figure politique, l’homme.

    Dans ce livre-document, réalisé à partir d’entretiens accordés à la journaliste franco-libanaise Désirée Sadek, quelques mois avant son arrivée à la Présidence, c’est toute la philosophie de sa vie, ses combats, la finesse de son esprit, les questionnements du chef d’état et de l’humaniste que l’on découvre au fil des confidences. Ses discours les plus célèbres témoignent aussi de sa vision prémonitoire des événements qui secouent aujourd’hui l’actualité.

    En ces temps où tous les repères semblent vaciller au Moyen Orient comme partout dans le monde, il est important de revenir à l’essence de l’essentiel. « Ce que je crois » est ce livre qui se lit d’une seule traite mais aussi se savoure lentement, un peu plus chaque jour.

    Ajouter au panier
  • img-book

    …et reconnaître faux produits naturels et vrais produits chimiques !

    Dans la jungle des mentions, obligatoires ou pas, des médailles, des macarons, des allégations et la savane du pur marketing, dont les imprimés envahissent les moindres recoins des emballages des produits alimentaires, il n’est pas toujours évident pour le consommateur de trouver son chemin.

    Ce guide qui se veut, à la fois, simple et utile mais surtout pratique, vous fournira un outil de lecture pour apprendre à regarder l’étiquette d’un aliment non plus comme une simple décoration de l’emballage mais comme une véritable source d’information. Vous lirez l’étiquette comme on lit un roman policier : avec circonspection et à la recherche des indices qui prouvent que vous avez fait le bon choix !

    L’auteur, expert en droit alimentaire, est surtout un simple consommateur confronté comme nous tous à la corvée des courses et aux dilemmes du bon choix pour sa santé et celle de ses proches.


    Comment lire l’étiquette d’un aliment BIANCHI DANIELE 10,00

    …et reconnaître faux produits naturels et vrais produits chimiques !

    Dans la jungle des mentions, obligatoires ou pas, des médailles, des macarons, des allégations et la savane du pur marketing, dont les imprimés envahissent les moindres recoins des emballages des produits alimentaires, il n’est pas toujours évident pour le consommateur de trouver son chemin.

    Ce guide qui se veut, à la fois, simple et utile mais surtout pratique, vous fournira un outil de lecture pour apprendre à regarder l’étiquette d’un aliment non plus comme une simple décoration de l’emballage mais comme une véritable source d’information. Vous lirez l’étiquette comme on lit un roman policier : avec circonspection et à la recherche des indices qui prouvent que vous avez fait le bon choix !

    L’auteur, expert en droit alimentaire, est surtout un simple consommateur confronté comme nous tous à la corvée des courses et aux dilemmes du bon choix pour sa santé et celle de ses proches.

    Ajouter au panier
  • img-book

    Au XVIIIe siècle, plusieurs révoltes secouent les Antilles. L’une des plus dévastatrices, fomentée par un groupe de forçats, éclate une nuit de l’an 1793. Blancs et Noirs s’affrontent : le massacre des Trois-Rivières, en Guadeloupe, est féroce.
    Attachés l’un à l’autre, malgré leurs classes sociales opposées, deux enfants vont défier les préjugés : Meggy, fille d’esclavagiste, et Petit-Jean, fils d’esclave. Leur innocence survivra-t-elle face au tumulte généré par l’abolition de l’esclavage, et sa restauration par le consul Napoléon Bonaparte ?
    Un roman poignant, plein d’humanisme et de sensibilité.


    Esclaves aux Trois-Rivières MADAYA HERVE 13,00

    Au XVIIIe siècle, plusieurs révoltes secouent les Antilles. L’une des plus dévastatrices, fomentée par un groupe de forçats, éclate une nuit de l’an 1793. Blancs et Noirs s’affrontent : le massacre des Trois-Rivières, en Guadeloupe, est féroce.
    Attachés l’un à l’autre, malgré leurs classes sociales opposées, deux enfants vont défier les préjugés : Meggy, fille d’esclavagiste, et Petit-Jean, fils d’esclave. Leur innocence survivra-t-elle face au tumulte généré par l’abolition de l’esclavage, et sa restauration par le consul Napoléon Bonaparte ?
    Un roman poignant, plein d’humanisme et de sensibilité.

    Ajouter au panier
  • img-book

    Se réapproprier l’art et le langage

    Déclin de la poésie, pauvreté du langage, recul de la sensibilité, radicalité des points de vue ; notre société se caractérise par un état de violence. La culture, confondue avec les loisirs, ne remplit plus son rôle d’éducatrice des esprits ; nos rapports humains en souffrent et l’avenir en est menacé. Cet ouvrage propose de questionner cette crise des temps modernes à partir de quatre pôles principaux (culture, école, langage, sensibilité), afin d’en révéler les sources profondes et d’amener à réfléchir sur la véritable crise qui nous menace aujourd’hui : la crise de la nuance.

     


    La crise de la nuance BOUZELMATE ABDERRAHIM 10,00

    Se réapproprier l’art et le langage

    Déclin de la poésie, pauvreté du langage, recul de la sensibilité, radicalité des points de vue ; notre société se caractérise par un état de violence. La culture, confondue avec les loisirs, ne remplit plus son rôle d’éducatrice des esprits ; nos rapports humains en souffrent et l’avenir en est menacé. Cet ouvrage propose de questionner cette crise des temps modernes à partir de quatre pôles principaux (culture, école, langage, sensibilité), afin d’en révéler les sources profondes et d’amener à réfléchir sur la véritable crise qui nous menace aujourd’hui : la crise de la nuance.

     

    Ajouter au panier
  • img-book

    Limoges, 25 décembre 1095, Jérusalem, 15 juillet 1099 : plus de trois années ont été nécessaires à Guillaume et à sa famille pour rejoindre la Ville sainte. Trois années de souffrances, de misères et
    d’éblouissements au cours desquelles il apprendra beaucoup, sur l’Orient, sur la vie et sur lui-même. Un roman historique d’une surprenante actualité.


    Le Tisserand de Jérusalem BERTRAND A. GEORGES 13,00

    Limoges, 25 décembre 1095, Jérusalem, 15 juillet 1099 : plus de trois années ont été nécessaires à Guillaume et à sa famille pour rejoindre la Ville sainte. Trois années de souffrances, de misères et
    d’éblouissements au cours desquelles il apprendra beaucoup, sur l’Orient, sur la vie et sur lui-même. Un roman historique d’une surprenante actualité.

    Ajouter au panier
  • img-book

    Palestine Relation de voyage – Histoire de la colonisation – Questions, mythes et réalités

    Bien qu’elle soit sous l’occupation de l’État Israélien depuis 1947, la Palestine vit encore. La colonisation aura beau continuer de ronger la terre de ce peuple tristement connu, il vivra encore.
    Palestine et Palestiniens sont des termes qui n’existent plus pour les autorités israéliennes. Pourtant, le pays vit encore et, plus que jamais, il veut vivre.
    Sur les pas d’Allain Graux, le lecteur se promène au cœur des rues chaudes et bondées de Palestine. Il prend la route à la rencontre de la vie palestinienne – de Jérusalem à Silwan, d’Haifa à Tel-Aviv et de Ramallah à Naplouse et Jéricho.
    Son Mur, son keffieh, ses dattiers et ses oliviers, la maison d’Abraham… ce livre nous fait (re) découvrir ce qui, pour beaucoup, n’a été entrevu qu’au travers de reportages ou de livres…
    Les rencontres avec tous les acteurs de ce pays, les nombreuses associations, les personnalités palestiniennes et israéliennes, confèrent à ce livre une humanité certaine, pleine de sensibilité et d’écoute partagée.
    Un billet simple vers une Palestine autant éclatante que tourmentée…


    Palestine GRAUX ALLAIN 25,00

    Palestine Relation de voyage – Histoire de la colonisation – Questions, mythes et réalités

    Bien qu’elle soit sous l’occupation de l’État Israélien depuis 1947, la Palestine vit encore. La colonisation aura beau continuer de ronger la terre de ce peuple tristement connu, il vivra encore.
    Palestine et Palestiniens sont des termes qui n’existent plus pour les autorités israéliennes. Pourtant, le pays vit encore et, plus que jamais, il veut vivre.
    Sur les pas d’Allain Graux, le lecteur se promène au cœur des rues chaudes et bondées de Palestine. Il prend la route à la rencontre de la vie palestinienne – de Jérusalem à Silwan, d’Haifa à Tel-Aviv et de Ramallah à Naplouse et Jéricho.
    Son Mur, son keffieh, ses dattiers et ses oliviers, la maison d’Abraham… ce livre nous fait (re) découvrir ce qui, pour beaucoup, n’a été entrevu qu’au travers de reportages ou de livres…
    Les rencontres avec tous les acteurs de ce pays, les nombreuses associations, les personnalités palestiniennes et israéliennes, confèrent à ce livre une humanité certaine, pleine de sensibilité et d’écoute partagée.
    Un billet simple vers une Palestine autant éclatante que tourmentée…

    Ajouter au panier
  • img-book

    La génération ou la reproduction est la venue au monde de l’être vivant. Ce phénomène pose de redoutables problèmes aux savants classiques (XVIIe-XVIIIe s.).
    Il s’agit d’abord de savoir son mode de production qui varie selon les règnes, les genres et les espèces, allant du plus simple au plus complexe. Mais les savants s’y arrêtent à la distinction de deux formes principales : l’une singulière, l’autre binaire ou duelle. La première est observée chez les végétaux et certains genres d’insectes ou d’animaux inférieurs qui se reproduisent par division. La seconde
    apparaît chez les animaux supérieurs et nécessite le concours de deux individus.
    Cette dualité étonne les savants de l’époque qui cherchent à comprendre la part
    qui y revient à chacun des parents, la manière dont se fait le mélange, si mélange
    il y a, ce qui en résulte, etc.
    Consacré au courant qui expliquait la génération par la préexistence des germes,
    le présent ouvrage étudie les réponses que ce courant apportait à ces questions :
    où se trouvent ces germes ? Que leur apporte la fécondation ? Quels changements
    sont-ils appelés à connaître dans leur venue à la vie sensible ? Quelles conséquences
    en résulte-t-il sur le statut de l’espèce ? Etc.
    On montre ici comment ces interrogations et ces débats ont conduit du fixisme de
    l’époque à l’évolutionnisme d’aujourd’hui.


    Penser le sensible – II. La génération CHERNI AMOR 25,00

    La génération ou la reproduction est la venue au monde de l’être vivant. Ce phénomène pose de redoutables problèmes aux savants classiques (XVIIe-XVIIIe s.).
    Il s’agit d’abord de savoir son mode de production qui varie selon les règnes, les genres et les espèces, allant du plus simple au plus complexe. Mais les savants s’y arrêtent à la distinction de deux formes principales : l’une singulière, l’autre binaire ou duelle. La première est observée chez les végétaux et certains genres d’insectes ou d’animaux inférieurs qui se reproduisent par division. La seconde
    apparaît chez les animaux supérieurs et nécessite le concours de deux individus.
    Cette dualité étonne les savants de l’époque qui cherchent à comprendre la part
    qui y revient à chacun des parents, la manière dont se fait le mélange, si mélange
    il y a, ce qui en résulte, etc.
    Consacré au courant qui expliquait la génération par la préexistence des germes,
    le présent ouvrage étudie les réponses que ce courant apportait à ces questions :
    où se trouvent ces germes ? Que leur apporte la fécondation ? Quels changements
    sont-ils appelés à connaître dans leur venue à la vie sensible ? Quelles conséquences
    en résulte-t-il sur le statut de l’espèce ? Etc.
    On montre ici comment ces interrogations et ces débats ont conduit du fixisme de
    l’époque à l’évolutionnisme d’aujourd’hui.

    Ajouter au panier